GRANDE INTERVIEW : Charles Adrianssens & Paul Montjotin : "Le temps est un objet très complexe. Sa définition même pose problème."

Isabelle Boulay chante Bashung

Un album de reprises mais aussi de surprises, tant la rencontre entre l’artiste alsacien et l’interprète québécoise pouvait sembler improbable.

« Marcher sur l’eau, éviter les péages, jamais souffrir, juste faire hennir les chevaux du plaisir… » C’est de cette strophe issue de la chanson Osez Joséphine d’Alain Bashung, qu’Isabelle Boulay a extrait le titre de son nouvel album.

« Ça faisait des années que je tournais autour de son œuvre, je la trouvais tellement exigeante, d’un point de vue littéraire et musical. C’est comme si j’avais regardé ses chansons courir comme des chevaux sauvages et que je me disais avoir envie d’en monter au moins une. »

Les chevaux du plaisir, l’album Boulay chante Bashung est, plus qu’un galop osé, un attelage convaincant. Sans doute parce que l’interprète a abordé ces onze chansons avec respect et humilité, tout en les faisant siennes.

Comme le confirme Jean Fauque qui a déjà écrit pour Isabelle, l’auteur de la plupart des titres de Bashung : « Il y avait longtemps que je rêvais qu’une femme chante les chansons d’Alain. C’est l’homme le plus féministe que je connaisse. »