GRANDE INTERVIEW : Charles Adrianssens & Paul Montjotin : "Le temps est un objet très complexe. Sa définition même pose problème."

Flavien Berger sort Dans cent ans

Flavien Berger , Dans cent ans

Dans cent ans n’est pas un disque, c’est un talisman.

Flavien Berger ne fait pas de musique, il fabrique des machines à voyager dans le temps.

En 2015, le musicien publiait Leviathan, album imaginé comme un moment suspendu dans le présent.

En 2018, Contre-temps, son deuxième disque remarqué était, quant à lui, un album flash-back. Dans cent ans vient aujourd’hui clore cette trilogie, en s’élançant vers le futur avec la grâce d’un serpent venimeux.

Alors qu’il venait de réaliser le dernier album de l’artiste Pomme et composait, en parallèle, la musique du film de Céline Devaux, ce troisième disque a été enregistré en autarcie, et en 6 mois.

Dans une mansarde, 12 titres sont nés, à la fois directs et mystérieux. D’abord parce que Flavien Berger ose entrelacer électro, chanson française et musiques savantes, instruments organiques et chœurs synthétiques.

Ensuite parce que sa voix, plus précise et proche que jamais, nous raconte des histoires à la fois inconnues et évidentes. Enfin parce que, comme s’il s’agissait d’une pyramide de verre, on trouve dans ce disque des échos aux précédents, comme l’ample Dans cent ans – épopée où voix, instruments à vent et machines dialoguent, comme si Étienne Daho, Debussy et un derviche indien se rencontraient en rêve.

A la fin, le vertige amoureux et la collision des temps ne font qu’un. Dans cent ans, la musique nous survivra et sa beauté dangereuse réveillera d’autres vies que les nôtres.

En attendant, Flavien Berger se charge de les étourdir.